Voyage : le guide pour louer un véhicule à l’étranger

Il existe plusieurs moyens de transport qui permettent de se déplacer à l’étranger. Néanmoins, la meilleure façon de partir à l’aventure et de décider de son propre itinéraire c’est de passer la location de véhicule. A l’étranger, louer un véhicule, qu’il s’agisse d’un deux-roues ou d’une voiture, n’a rien de bien compliqué. Toutefois, il est nécessaire de connaitre certaines choses avant de passe à l’acte.

Les différents types de prestataires

Selon les pays, la législation en matière de location de véhicule n’est pas toujours la même. C’est pourquoi il peut par exemple y avoir des subtilités entre la procédure en Europe et en Asie ou en Afrique. Néanmoins, quel que soit le pays, on trouve généralement deux types de prestataires : les entreprises ou agences de location et les particuliers.
Les entreprises sont généralement autorisées à louer des voitures aux particuliers. Passer par une entreprise permet de profiter d’une meilleure qualité de service, d’une meilleure garantie quant à l’état du véhicule et d’un accompagnement en cas de problèmes (accidents et autres).
Les particuliers quant à eux louent leur véhicule en toute clandestinité. Et même s’ils proposent souvent des prix beaucoup plus bas, ils n’offrent aucune garantie et aucun accompagnement en cas d’accident.

Les papiers nécessaires pour pouvoir louer un véhicule

Pour pouvoir louer un véhicule à l’étranger, deux documents sont nécessaires : la carte d’identité et le permis de conduire.
Il se peut que les prestataires demandent le passeport à la place de la carte d’identité. En ce qui concerne le permis, ce dernier ne doit pas forcément être international. Un permis standard permet de louer un véhicule à l’étranger. Toutefois, le type de véhicule qu’il est possible de louer dépend de la catégorie mentionnée dans le permis (A, B, C, D).

Quelques conseils utiles

Avant de procéder à la signature du contrat, il est primordial d’inspecter minutieusement le véhicule pour éviter les mauvaises surprises. Il est aussi vivement recommandé de prendre le véhicule en photo. La photo servira de preuve en cas de litige.
De même, au moment de passer aux négociations et à la signature du contrat, il est préférable de se faire accompagner par une personne qui maîtrise le dialecte local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *